Montréal, le 2 mars 2015 – L’Agence de la Santé Publique du Canada (ASPC) demande aux voyageurs d’être particulièrement vigilants à la suite d’une hausse des cas de chikungunya  dans les Caraïbes, les Amériques (du Sud, centrale, Mexique et Floride), les îles du Pacifique ainsi que dans le sud de la France.

Transmis par la piqûre d’un moustique infecté, le virus du chikungunya  cause les symptômes suivants :

  • fièvre,
  • douleurs articulaires,

accompagnés parfois de :

  • maux de tête,
  • nausées et vomissements,
  • fatigue,
  • douleurs musculaires,
  • éruption cutanée.

« Comme le dit l’adage, “il vaut mieux prévenir que guérir”, car il n’existe pas de traitement pour le chikungunya, autre que le soulagement des désagréments qu’il peut causer », explique Erick Racicot, infirmier à la Clinique Santé-voyage de la Fondation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). « Il est donc fortement recommandé de se protéger adéquatement contre les piqûres de moustiques, notamment en appliquant un insectifuge avec une concentration de DEET de près de 28,5 %, en dormant sous une moustiquaire et en portant des vêtements longs, clairs et souples », ajoute-t-il.

Les complications sont rares, mais touchent plus facilement les personnes vulnérables, telles que les nourrissons, les personnes âgées, ainsi que celles qui souffrent de maladies chroniques.

Pour plus de conseils de nos professionnels de la santé concernant les voyages dans les zones tropicales, consultez notre article : « Précautions sous le soleil du Sud ».

Enfin, avec ou sans rendez-vous, venez rencontrer notre équipe afin de protéger votre santé avant tout voyage! Pour plus d’information, composez le 438 793-7632.