Depuis près de 40 ans, les professionnels des Cliniques de la Fondation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) mettent leurs connaissances et leur expertise au service de votre santé. Nous mettons aujourd’hui à l’honneur les infirmières des Cliniques, de vrais piliers au sein de notre équipe, qui nous parlent de leur parcours et de leurs expériences marquantes.

Geneviève Forget, infirmière-chef des Cliniques, a par le passé travaillé en hématologie-oncologie ainsi qu’en gynécologie-oncologie à l’hôpital Notre-Dame du CHUM. « Je créais des liens étroits avec les patients, raconte-t-elle. Je les suivais dans leur parcours vers la rémission, et parfois, lors du retour de la maladie. J’ai ainsi été témoin de la grande force morale des patients, qui restaient positifs malgré tout. Ça m’a vraiment touchée de connaître des gens avec de si belles valeurs. Ils m’ont fait réaliser que mes petits problèmes quotidiens sont plutôt insignifiants…  Je suis chanceuse d’être en santé. »

Colombe Grenier, infirmière depuis 1982, a effectué quatre missions humanitaires en Haïti ainsi qu’en Afghanistan, en plus d’avoir été infirmière de rue à Montréal. « Faire de la coopération internationale, c’est aussi une leçon d’humilité, relate Colombe. On se rend compte qu’on n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. On ne part pas changer le monde, c’est plutôt nous qui revenons changés. J’ai rencontré lors de ces missions des personnes merveilleuses, du personnel médical compétent et motivé. Ces expériences et ces échanges humains ont fait de moi une femme et une infirmière différente. »

Infirmière clinicienne aux Cliniques, Halinka Sanson a mis ses compétences au service de plusieurs spécialités au cours de sa carrière, notamment la gynécologie pédiatrique, l’obstétrique-gynécologie et l’hématologie. « Le contact humain est l’un des aspects les plus importants de ma profession et c’est quelque chose qui me tient à cœur, indique Halinka. J’ai notamment passé de longues heures à accompagner et soigner des greffés de moelle osseuse. Le personnel médical était le seul contact physique dont bénéficiaient ces patients, qui devaient être confinés dans une chambre stérile et ne pouvaient parler à leurs proches qu’à travers une fenêtre. Nous développions ainsi des liens particuliers avec eux et leur apportions le réconfort dont ils avaient tant besoin. On vit ainsi des expériences qui nous touchent et nous marquent profondément. »

Aux Cliniques de la Fondation du CHUM, votre santé nous tient à cœur, c’est pourquoi nous nous assurons de mettre à votre disposition l’expertise de gens passionnés par leur métier!