Montréal, le 2 juillet 2014 – L’épidémie d’Ebola qui frappe l’Afrique de l’Ouest depuis plus de 6 mois est maintenant considérée comme étant « hors de contrôle » selon Médecins sans frontières (MSF). Le risque de propagation à d’autres zones est désormais bien réel. Depuis janvier, 759 cas de fièvre Ebola, dont 467 mortels ont été notifiés à l’OMS par la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia. Selon l’OMS, plus d’un patient sur deux succombe à la maladie. Il s’agit de l’épidémie d’Ébola la plus meurtrière de l’histoire avec une progression de 20% au cours de la dernière semaine.

Toutefois, malgré la gravité de la situation, l’OMS a estimé que l’épidémie pouvait être stoppée lors d’une réunion qui s’est tenue hier devant les ministres de onze pays d’Afrique de l’Ouest réunis en urgence.

Qu’est-ce que le virus Ébola?
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) décrit la maladie à virus Ebola comme étant une maladie virale rare et souvent mortelle. Le virus Ebola peut être transmis à l’homme par des animaux sauvages, et d’homme à homme par des contacts directs.

Lorsqu’une personne est infectée, on remarque l’apparition brutale de fièvre, de faiblesses intenses, de maux de tête et d’une irritation à la gorge.

Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhée, d’une éruption cutanée, d’une insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes.

Précautions à prendre
L’Agence de la santé publique du Canada recommande aux voyageurs de consulter un spécialiste en santé voyage  de préférence 6 semaines avant de visiter un pays de l’Afrique de l’Ouest.

Les experts de la Clinique Santé-voyage de la Fondation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), offrent des consultations pré-voyage avec ou sans rendez-vous au cours desquels ils prodiguent les conseils préventifs nécessaires.

L’Agence de la santé publique du Canada recommande aux voyageurs :

-d’éviter tout contact direct avec le sang ou les liquides corporels d’une personne ou d’un cadavre infecté par le virus Ebola
-d’éviter également tout contact avec un animal sauvage vivant ou mort ou avec de la viande de gibier crue ou qui n’est pas assez cuite

Si un voyageur présente les symptômes  de la maladie durant son voyage ou dans les 3 semaines après son retour, il doit impérativement consulter un médecin dans les plus brefs délais. Les consultations post-voyage avec nos experts de la Clinique Santé-voyage sont couvertes par la Régie de l’assurance maladie du Québec, mais sont sur rendez-vous seulement.

Doit-on éviter de voyager en Afrique de l’Ouest?
Même si l’épidémie fait des ravages, l’OMS n’a pas émis de restrictions de voyage vers la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia puisqu’on considère que le risque d’infection est faible pour la plupart des voyageurs. Ce risque peut toutefois augmenter pour ceux qui travaillent dans un établissement de santé puisque la plupart des infections humaines résultent d’un contact avec les fluides corporels des patients infectés.

Existe-t-il des traitements?
Il n’existe aucun traitement spécifique contre le virus Ebola. Toutefois, de nouveaux traitements médicamenteux sont en cours d’évaluation et plusieurs vaccins sont au stade d’essai, mais aucun n’est disponible pour un usage clinique.

Si vous avez des questions ou pour plus d’information, contactez nos spécialistes en santé-voyage au 438 793-7632.